Home | Culture | Exposition «Boulevard Royal»: Sur les traces du passé

Exposition «Boulevard Royal»: Sur les traces du passé

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Au Ratskeller du Cercle Cité, l'exposition «Boulevard Royal» propose de (re)découvrir le passé de cette artère emblématique de Luxembourg grâce à 94 photos prises entre 1897 et 1981.


 
Par notre journaliste
Diego Velazquez


Si le boulevard Royal, qui fait aujourd'hui office de petite ceinture de la capitale, est indissociable de la géographie urbaine de la ville, l'exposition du Cercle Cité rappelle que cette artère est assez récente et qu'elle a beaucoup changé en l'espace de très peu de temps.
 
Le boulevard Royal est aujourd'hui le symbole de l'essor économique de la Ville de Luxembourg et de son prestigieux rôle en tant que place financière. Avec ses bâtiments modernes, ses banques, ses gratte-ciel et ses hôtels de luxe, ce boulevard à quatre pistes donne à Luxembourg de véritables allures de métropole européenne. C'est bien cet aspect moderne et presque monumental qui distingue le boulevard Royal d'autres places et rues de la capitale, qui, malgré les mutations démographiques, sociales, économiques et politiques de la ville, ont gardé une taille humaine et presque provinciale.
 
Or, cet essor architectural ne date certes pas d'hier, mais l'exposition «Boulevard Royal», avec ses 94 clichés, nous montre bien que sa transformation, toujours en cours d'ailleurs, a été plutôt rapide. Rappelons qu'avant le démantèlement de la forteresse en 1867, le tracé actuel de ce boulevard se confond avec la troisième enceinte de la forteresse de la ville. Cent quarante ans, ça fait jeune, pour une artère emblématique.

 
Une ville en plein essor de 1960 à 1975

 
Sans véritable chronologie ou suite narrative explicite, on peut néanmoins distinguer trois découpages d'intérêt au sein de cette exposition.
 
Le premier, qui rassemble une petite dizaine de photos (en grande partie anonymes), témoigne de l'époque du démantèlement de la forteresse et donc, dans un sens, de la protohistoire du boulevard Royal. Cette série de photographies constitue certainement la partie la plus impressionnante de l'exposition car elle montre ce qui est aujourd'hui difficilement imaginable : une ville qui s'arrête au-delà de la place des Bains. Le deuxième regroupement que l'on peut faire touche la grande majorité des objets exposés et rassemble les photos prises entre 1960 et 1975. D'intérêt primordial, ces documents correspondent au déclin de l'industrie sidérurgique au sud du pays et à l'essor de Luxembourg comme place financière importante. À travers les nombreuses photos exposées, le visiteur réussit à entrevoir le bouleversement qu'a connu la ville en l'espace de deux décennies.
 
Il y a à peine trente ans, ce sont les épiceries et les bars de quartiers qui dominaient là où, aujourd'hui, pullulent les banques et les bureaux. Pas de trace de gratte-ciel non plus dans le Luxembourg des années 1960 et 1970, qui rappelle fortement l'Esch-sur-Alzette d'aujourd'hui.
 

Des changements profonds et rapides

 
À côté de ces deux séries implicites, le reste des photos montre des événements historiques se déroulant sur le boulevard en question, que ce soit une étape du Tour de France, une parade nazie où encore les manifestations pour le centenaire de l'indépendance en 1939. Ces clichés ont le mérite de démontrer que l'histoire avec un grand H est aussi passée par le boulevard Royal.
 
Naturellement, cette exposition s'adresse surtout aux habitants de la ville, qui peuvent s'émerveiller des changements que celle-ci a traversés au cours du dernier siècle. Des changements en raison desquels le boulevard Royal est encore plus emblématique que le plateau du Kirchberg. Les sceptiques du projet de construction d'un tramway pourront même y constater qu'un tram à Luxembourg n'a rien de si étrange.
 
Néanmoins, le plus grand mérite de cette exposition estivale est sans aucun doute de montrer à travers quelques images à peine commentées que la physionomie d'une ville est tout sauf éternelle. Les 94 photographies exposées présentent avec précision comment une ville provinciale s'est hissée en l'espace d'un siècle au rang de capitale européenne et financière.
 
Ratskeller - Luxembourg.
 
Jusqu'au 7 septembre.

Ajouter à: Facebook | Twitter | Add to your del.icio.us | Digg this story

Subscribe to comments feed Commentaires (0 posté):

total: | Affiché:

Postez votre commentaire comment

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:......

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Sondage: Superjhemp
Lucien Czuga, le scénariste de Superjhemp, aimerait avoir l'avis de ses lecteurs sur l'arrêt possible de la série. "Est-ce que ça vous ferait de la peine si Superjhemp s'arrêtait ?".