Accueil | Cinéma | « Bone Tomahawak » couronné à Gérardmer

« Bone Tomahawak » couronné à Gérardmer


Ce western à tendance horrifique retrace le parcours d’un shérif (Kurt Russell) qui, en compagnie de trois cowboys, arpente les paysages du Nouveau-Mexique, en 1850, pour combattre une horde d'indiens cannibales. (Photo : DR)
Ce western à tendance horrifique retrace le parcours d’un shérif (Kurt Russell) qui, en compagnie de trois cowboys, arpente les paysages du Nouveau-Mexique, en 1850, pour combattre une horde d'indiens cannibales. (Photo : DR)

Après cinq jours de compétition, la 23ème édition du Festival du film fantastique de Gérardmer a couronné dimanche le film Bone Tomahawak du réalisateur américain S. Craig Zahler, un western qui bascule à mi-course dans le fantastique.

Premier long métrage de S. Craig Zahler, Bone Tomahawak a reçu le Grand Prix du festival. « Au début, le film a plutôt les codes du western mais au bout d’une heure et demie, un ‘twist’ très impressionnant le fait basculer dans le fantastique », a expliqué le directeur du festival, Bruno Barde, saluant « un grand film populaire ».

Ce western à tendance horrifique retrace le parcours d’un shérif (Kurt Russell) qui, en compagnie de trois cowboys, arpente les paysages du Nouveau-Mexique, en 1850, pour combattre une horde d’indiens cannibales.

Pour tenter de sauver les malheureux, le shérif local, accompagné de quelques hommes, se lance alors à leur poursuite… C’est le début d’un voyage vers l’horreur.

 

Le jury pour les longs métrages était présidé cette année par le réalisateur français Claude Lelouch. Sur les 10 films en compétition, quatre étaient des premiers films. Le prix du jury a été décerné, ex aequo, à Evolution de la Française Lucile Hadzihalilovic et à JeruZalem des Israéliens Doron et Yoav Paz.

Evolution, seul film français de la compétition long-métrage a reçu les honneurs en remportant deux récompenses, le prix de la critique et le prix du jury. Le film de la réalisatrice Lucile Hadzihalilovic a d’ailleurs déclenché de vifs débats, « les couteaux n’étaient pas loin de sortir », s’amusait le journaliste Philippe Rouyer.

Synopsis

Nicolas, onze ans, vit avec sa mère dans un village isolé au bord de l’océan, peuplé uniquement de femmes et de garçons de son âge. Dans un hôpital qui surplombe la mer, tous les enfants reçoivent un mystérieux traitement.

Nicolas est le seul à se questionner. Il a l’impression que sa mère lui ment et il voudrait savoir ce que les femmes font la nuit sur la plage, avec les autres femmes. Au cours des étranges découvertes qu’il fera, Nicolas trouvera une alliée inattendue en la personne d’une jeune infirmière de l’hôpital…

Deuxième long métrage des frères Doron & Yoav Paz, le film israélien Jeruzalem partage donc le prix du jury avec Evolution. Si le « Z » de JeruZalem fait référence aux zombies, les créatures sont en réalité inspirées des anges noirs de la Bible dans ce film ou semble arriver le jour du Jugement dernier.

Synopsis

Deux jeunes Américaines partent en vacances d’été à Jérusalem pendant les cérémonies du Yom Kippour. Mais cette escapade se transforme en véritable cauchemar quand semble s’ouvrir l’une des portes de l’Enfer. Et que sonne le jour du Jugement dernier…

L’année dernière, le Festival avait couronné « It Follows », de David Robert Mitchell, un film sur la jeunesse et la sexualité.

Successeur du festival d’Avoriaz, le festival international du film fantastique de Gérardmer s’est installé dans la station de ski vosgienne en 1994. Il s’est depuis hissé jusqu’à devenir la plus grande manifestation de cinéma fantastique en Europe.

M.R.

Le Palmarès complet de ce 23ème Festival du film fantastique est disponible ICI

Lire aussi : Les frissons plutôt que le sang au Festival de Gérardmer

Newsletter

Chaque jour, recevez un concentré de l'actualité

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Le Quotidien