Accueil | Football | Champions League : le Paris SG et le Benfica Lisbonne en quarts

Champions League : le Paris SG et le Benfica Lisbonne en quarts


La joie des joueurs du Benfica à la fin du match retour contre le Zenit, ce mercredi. (photo AFP)
La joie des joueurs du Benfica à la fin du match retour contre le Zenit, ce mercredi. (photo AFP)

Le Benfica Lisbonne s’est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions en s’imposant sur la pelouse du Zenit Saint-Petersbourg 2-1 mercredi lors du huitième de finale retour, après avoir remporté la manche aller 1-0. Dans l’autre match de la soirée, le Paris SG a obtenu son ticket en battant Chelsea (2-1) à Stamford Bridge.

« Avec tout le respect pour nos adversaires, je savais que nous allions nous qualifier pour les quarts de finale avant le coup d’envoi. Nous avons fait un bon match, marqué deux buts. Nous méritons donc notre victoire », a commenté Rui Victoria, l’entraîneur du Benfica.

Le Zenit pensait avoir fait le plus dur en revenant à égalité sur l’ensemble des deux matches, grâce à un but du Brésilien Hulk (69e) sur un centre de Yuri Zhirkov. Les deux équipes s’étaient jusque là livré une opposition âpre.

Mais l’Argentin Nicolas Gaitan a expédié dans le but vide du Zenit un ballon que le gardien russe Yuri Lodygin n’avait pu faire mieux que renvoyer contre sa barre sur une frappe instantanée de Raul Jimenez (85e). Il fallait dès lors deux buts au Zenit pour se qualifier pour les quarts de finale, et c’est bien plutôt le Benfica qui a à nouveau marqué, par le Brésilien Talisca dans le temps additionnel (90+6).

C’est cruel pour le club russe, globalement dominateur lors d’une manche retour très disputée, et qui avait déjà tenu bon jusqu’aux arrêts de jeu à l’aller, avant de s’incliner sur une tête de Jonas, servi par le buteur de mercredi, Gaitan (1-0).

« Tout allait de travers pour nous dans les dernières minutes tout comme à l’aller. Ce soir, nous avons vraiment bien joué pendant 40 minutes de la seconde période en nous créant de belles occasions, mais il nous a manqué un peu de chance pour que cela tourne en notre faveur », a réagi Andre Villas-Boas, le technicien portugais du Zenit ajoutant que « c’est vraiment décevant de quitter la Ligue des champions de cette manière ».

Le Benfica Lisbonne disputera ainsi les quarts de finale de la compétition européenne, auxquels il n’avait plus accédé depuis la saison 2011-12, où il retrouvera le Real Madrid et Wolfsburg, qualifiés mardi, ainsi que le Paris SG.

Le Quotidien / AFP

Paris répond présent à Chelsea

Le Paris SG a remporté une grosse bataille face à Chelsea, digne de ce que propose la Ligue des champions, pour se qualifier pour les quarts de finale avec une victoire à la clé (2-1) où Adrien Rabiot et Zlatan Ibrahimovic ont répondu présents par leur but, mercredi à Stamford Bridge.

Après leur défaite à Paris (2-1) à l’aller, le « fighting spirit » si cher aux Anglais ne s’est pas démenti. Et si Paris a su gagner cette partie chez les Blues, c’est parce qu’il a répondu présent sur le plan physique. A l’image d’Adrien Rabiot, finalement choisi d’entrée par Laurent Blanc après le forfait de Marco Verratti (pubalgie) et qui s’est démené comme un petit diable tout en ayant eu le grand mérite d’être décisif par son but de la 16e minute, admirablement servi par un centre de Zlatan Ibrahimovic.

C’est sur une perte de ballon de l’Italien Thiago Motta qu’est venue l’égalisation de Chelsea, avec au bout de l’action le duel gagné par Diego Costa au devant de Thiago Silva et un tir imparable pour Kevin Trapp (27e).

Véritable poison, inspiré dans ses prises de balle, Costa a été le danger numéro un de Chelsea mais malheureusement pour lui et heureusement pour Paris, il s’est blessé à l’heure de jeu et cela a fini par couper les jambes des Blues, qui auraient pu prendre tout de même l’avantage juste après, sans une double parade de Trapp sur des tirs de Willian et Hazard (64).

C’est alors que Paris, après avoir fait le dos rond, a relevé la tête et Ibrahimovic a fait taire les critiques avec ce but du 2-1, certes pas le plus difficile à mettre après un caviar d’Angel Di Maria (67e).

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter, diffusée tous les soirs par mail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Abonnez-vous
Click Me
Le Quotidien