Home | Les Sports | Cyclisme: En comité très restreint...

Cyclisme: En comité très restreint...

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image
Christian Poos s'était classé troisième, derrière les deux frères Schleck, l'an passé lors du championnat de chrono qui se déroulait à Hesperange.

Ben Gastauer fatigué, les deux frères Schleck en fin de période de préparation du Tour, c'est un duel Poos-Didier qui va tenir en haleine le public. Avant la course en ligne de dimanche...

 


De notre journaliste Denis Bastien
 

C'est dommage!» Christian Poos ne cache pas son dépit. Même si par une voie de conséquence directe, il endossera l'habit de favori des championnats nationaux de contre-la-montre, ce jeudi à Diekirch, puisque Laurent Didier éprouve de légitimes difficultés après son enchaînements Giro, Dauphiné et Tour de Slovénie.
«Attention, rétorque Christian Poos, Laurent est pro, je suis classé élite avec contrat mais j'ai un travail. Le vélo n'est plus mon travail.» Réputé et classé dans la catégorie des rouleurs, le Differdangeois se prépare à ce duel inédit, même si «c'est un peu ridicule comme situation...»
Lucide, Christian Poos le reste en toute circonstance. À tel point que son recul et sa propre capacité à ne pas se prendre au sérieux peuvent, par moments, dérouter. Mais la compétition reprend vite le dessus. «Physiquement et mentalement, je ne suis pas trop mal. Maintenant, je n'ai pas trop de repères dans les chronos cette année et j'ai reconnu le circuit que nous devrons parcourir à deux reprises, ce ne sera pas facile. En ce qui me concerne, ça passe tout juste sur le grand plateau. C'est actuellement très venteux et dans ces conditions, les 46 kilomètres vont paraître très longs. Les autres années, c'était moins. Là, c'est clair qu'un peu plus de 46 kilomètres, c'est énorme...», explique Christian Poos.
Très en vue lors du dernier Tour de Luxembourg où l'ancien champion national a réussi l'exploit, le mot est juste dans un contexte concurrentiel, de s'octroyer le maillot de meilleur grimpeur, Christian Poos a poursuivi son petit bonhomme de chemin. «Je ne suis pas mal, c'est vrai...», concède-t-il.


«Pas possible de battre les Schleck dimanche»

Et comme il partira juste derrière Laurent Didier, il a déjà sa petite idée sur la question : «Je vais devoir le prendre en chasse. C'est le seul concurrent donc il n'y a pas de secret, je vais devoir m'efforcer de me rapprocher au maximum de lui.»
Lui qui par deux fois dans le passé est devenu champion national sur route, sait pertinemment bien que même en parfaite condition, il ne pourra jamais rêver à mieux qu'au podium, dimanche, lors de la course en ligne. «C'est clair et net que le circuit est dur, c'est un truc pour les Schleck. Ils effectueront comme les années passées un dernier test, ils seront imbattables. Et ce ne sera pas possible de les suivre. Pour personne...»
Mais revenons au championnat de contre-la-montre. En élite sans contrat on suivra attentivement le parcours du Kaylois Ralph Diseviscourt, gravement accidenté au printemps et déjà de retour. Comme bien sûr, Bob Jungels et Tom Thill chez les espoirs. 

Laurent Didier: «Ce sera comme un match de boxe!»

Le jeune professionnel de l'équipe Saxo Bank était juste de retour de la reconnaissance du parcours, mardi en fin de journée. Ses impressions à chaud...


Une séance de trente minutes sur rouleaux, lundi. «Pour essayer de me dégourdir les jambes...» Et enfin une reconnaissance grandeur nature du parcours de chrono que les compétiteurs emprunteront ce jeudi à Diekirch. Ce sera d'ailleurs le même grand parcours qui reviendra cinq fois dimanche avant d'emprunter un circuit plus court. Mais pas moins facile d'après Laurent Didier. On y reviendra.

Comment vous sentez-vous avant ces championnats nationaux de chrono?
J'ai encore mal aux jambes. J'essaie de faire partir les toxines, mais ce n'est pas simple. La fatigue est là, c'est logique. Dans ces conditions, je ne sais pas à quoi m'attendre.
Et ce duel avec Christian Poos?
Ce sera comme un match de boxe! Une drôle de chose. Je reviens juste d'une reconnaissance.
Et alors, quelles sont vos impressions?
Avec le vent qui soufflait aujourd'hui (lire mardi) par rafles, ce ne sera pas facile du tout. On part vite à Gilsdorf, puis on prend la direction de Medernach. Au début nous sommes à l'abri du vent grâce à la forêt, mais ensuite ça souffle très fort. Puis vient la côte de Folkendange. C'est la principale bosse.
Vous resterez sur le gros plateau?
Non, je ne pense pas, même si j'aurai la possibilité d'avoir un pignon de 25 dents à l'arrière. Là, à l'entraînement je suis monté en 44x23 avec 70 tours de cadence. Pour la course, au mieux je monterai avec le 21dents. Je ne pense pas pouvoir mettre plus grand. Surtout au premier tour où il faut tourner les jambes.
Votre conclusion?
C'est un chrono dur, cela ne fait aucun doute.
Un bon parcours de chrono?
Oui, un très bon parcours de chrono. La côte vient casser le rythme. Le plus fort l'emportera forcément.
La fatigue de toutes ces courses accumulées sans beaucoup de temps de récupération est-elle importante?
Je dois avouer que je ressens cette fatigue. J'ai les jambes dures. Mais bon, c'est comme ça.
Finalement, pourquoi n'avez-vous pas renoncé comme la plupart des autres pros?
Car je pensais au début que le chrono ne ferait que 125 bornes comme les autres années. Et parce que je ne suis pas bon dans les chronos. J'en ai parlé assez longuement avec Philippe Mauduit, mon directeur sportif, et on a convenu que c'était aussi une bonne chose pour tenter de m'améliorer. La plupart des chronos que j'ai disputés cette année, que ce soit sur Paris-Nice, le Tour du Pays basque, le Giro et le Dauphiné, récemment, je ne les ai jamais faits à bloc. Je ne suis donc pas habitué à me faire mal sur une aussi longue distance. C'est intéressant de se présenter au départ.
Alors qui va l'emporter jeudi, vous ou Christian Poos?
Je pense que Christian a toutes ses chances. Il est meilleur que moi dans ce domaine, je ne le cache pas.
Et la course en ligne de dimanche, vous la voyez comment?
Ce sera un vrai championnat, très très dur.
Avec au final un des frères Schleck vainqueur?
Ce serait la logique, oui. Ils sont en préparation pour le Tour de France. La course sera particulière car, que ce soit moi, Ben (Gastauer), Jumpy (Drucker), Christian (Poos) et Joël (Zangerlé), nous sommes isolés et ce n'est pas un secret, moins bons et moins en forme qu'eux. Le final, sur le petit circuit, est suffisamment dur pour qu'ils puissent vite se mettre à l'abri. 


LE PROGRAMME
Masters : 1 tour à 23,2 km
Juniors : 1 tour à 23,2 km
Dames : 1 tour à 23,2 km
Espoirs : 1 tour à 23,2 km
Élites sans contrat : 2 tours à 23,2 km = 46,4 km
Élites avec contrat : 2 tours à 23,2 km = 46,4 km

Ajouter à: Facebook | Twitter | Add to your del.icio.us | Digg this story

Subscribe to comments feed Commentaires (1 posté):

TROTRO sur 2011-06-22 19:34:23
avatar
Juste une question est ce que la course de dimanche est retransmise a la télé?
Merci
Thumbs Up Thumbs Down
0
total: 1 | Affiché: 1 - 1

Postez votre commentaire comment

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:......

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Sondage: Superjhemp
Lucien Czuga, le scénariste de Superjhemp, aimerait avoir l'avis de ses lecteurs sur l'arrêt possible de la série. "Est-ce que ça vous ferait de la peine si Superjhemp s'arrêtait ?".