Home | Les Sports | Cyclisme: Gallopin, les belles retrouvailles

Cyclisme: Gallopin, les belles retrouvailles

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image
Alain Gallopin est très heureux de travailler de nouveau avec les Schleck : «Avec Andy, c'est sentimental.»

Alain Gallopin a dirigé les frères Schleck du temps de l'équipe CSC. Ce technicien français a déjà compté dans la carrière d'Andy Schleck.

 


De notre journaliste Denis Bastien
 


En cette fin d'après-midi de mai 2007, il soufflait un vent glacial sur les hauteurs des Tre Cime di Lavaredo, plantées à 2300 mètres d'altitude, en plein cœur des Dolomites encore enneigées. Le givre s'invitait sur les vitres du véhicule suiveur alors stationné et piloté par Alain Gallopin, où Andy Schleck, transi, venait de prendre place en attendant le feu vert pour la descente en convoi, comme c'est toujours le cas en haute montagne. Andy Schleck venait de terminer troisième d'une étape remportée par Riccardo Ricco et déjà le podium final du Tour d'Italie était en vue.
La porte s'était ouverte brutalement et en guise de réponse à l'injonction amicale faite par «Gallo», de prendre place à bord, nous nous étions engouffrés. Ce n'était pas simplement un abri improvisé, une invitation impromptue, c'est surtout à un cours tactique que nous allions assister pendant une bonne quinzaine de minutes. «Tu vois, rappelait-il doucement, il ne fallait pas attaquer comme tu en avais pourtant envie plus tôt dans cette étape interminable et éprouvante, avec ce temps de chien. Les Saunier Duval voulaient d'abord l'étape avec Ricco et si tu t'étais découvert trop tôt, tu l'aurais payé. C'est plusieurs minutes que tu aurais sans doute perdues. Là, c'est parfait, on suit, on limite la casse, on reste dans le coup. Les Saunier Duval ont plusieurs cartes, Ricco, Piepoli, Simoni. Ils flambent. Attention à ne pas céder car le client, le gros client, c'est d'abord Di Luca (NDLR : C'est l'Italien de la liquidas, qui, cette année-là, avait remporté, devant Andy Schleck le Giro…). Bien sûr que tu as envie d'attaquer. Mais vu le contexte, mieux vaut ne pas risquer de prendre un contre. La route est encore longue…»
Andy Schleck dodelinait tranquillement de la tête tout en portant son regard devant lui, au loin, vers ce long chapelet d'attardés dont les silhouettes, quelques lacets plus bas, se noyaient dans une brume épaisse et humide.
Plus tard encore dans ce Tour d'Italie où Andy porta le surnom de «Baby Schleck», les conseils d'Alain Gallopin sonneront avec une étonnante justesse. On se souvient, par exemple encore, du Monte Zoncolan, soldé encore une fois pour Andy Schleck d'une troisième place.
Dans ce stade à ciel ouvert, le Mondorfois, qui n'avait pas encore 22 ans, avait bien eu l'envie de laisser libre cours à son impatience. Alain Gallopin avait fini de l'en dissuader. Gentiment. Mais fermement. Simplement parce que depuis plusieurs jours déjà, Andy ne disposait plus que de quatre coéquipiers (Bjarne Riis, non présent sur le Giro 2007 puisqu'il venait tout juste de déclarer qu'il avait remporté le Tour 1996 en prenant de l'EPO, ne s'attendait à une telle performance du jeune Luxembourgeois et l'équipe CSC, avait vite montré ses faiblesses) et surtout parce que ses adversaires voulaient le pousser à un sursaut d'orgueil pour mieux le contrer. Et remettre à sa place l'impétueux. Presque jusque dans les rues de Milan surchauffées, «Gallo» aura coaché Andy Schleck au plus juste.
«Ce Giro 2007 et la deuxième place d'Andy Schleck restent mon meilleur souvenir de directeur sportif. Bon, il n'y a pas que ça quand même, mais avec Andy c'est sentimental», reconnaît le technicien français, d'ailleurs gêné aux entournures, on s'en souvient, lorsque son grand ami et regretté Laurent Fignon, fustigeait à l'antenne de France Télévisions les choix tactiques du Mondorfois.
Car les routes entre les Schleck et Alain Gallopin se sont presque naturellement séparées lorsque ce dernier répondit favorablement à l'offre faite par Johan Bruyneel de rejoindre l'équipe RadioShack. Souvent ces derniers mois, et même durant le dernier Tour de France, «Gallo» affichait un large sourire lorsqu'on lui suggérait qu'un jour ou l'autre, ça paraissait alors presque fatal, il aurait l'occasion de les diriger à nouveau en course.
Eh bien, c'est fait. Et à partir d'aujourd'hui, dans les salons cosy de l'hôtel de la Source, il les regarde dans le blanc des yeux, pour ce premier rassemblement.
«Je vais retrouver Andy, Frank, Fabian (Cancellara). Pas mal de coureurs que je connais très bien et avec qui j'ai bien aimé bosser», glissait-il pudiquement la semaine dernière à l'occasion de la présentation du Tour, alors qu'il était installé aux côtés de Johan Bruyneel et de Kim Andersen.
Depuis ce mois de mai 2007 et les émotions de cette deuxième place fracassante au Giro, le temps a fait son œuvre. Mais n'a pas entamé ses relations avec les Schleck. «On a parlé souvent ensemble, poursuit alors Alain Galoppin, et c'est vrai qu'Andy m'a régulièrement téléphoné ces dernières années. Il m'a dit qu'il était très content de me retrouver. Moi aussi. Comme je n'étais plus dans leur équipe, j'ai pris le temps de les observer, j'ai vu qu'il y avait du travail à faire. Johan Bruyneel a l'expérience qu'il faut pour mener la barque. Avec l'apport des coureurs de RadioShack et dans la perspective des rapprochements d'équipes, même si a priori le Tour convient moins à Andy qu'à Cadel Evans par exemple, je pense que notre équipe sera sans doute la meilleure équipe de grand Tour.»
Forcément, de nouvelles discussions entre Andy Schleck et Alain Gallopin vont naître. «Mais avec Frank aussi, coupe-t-il. J'ai d'ailleurs travaillé davantage avec lui qu'avec Andy.»
Durant ces trois jours de rassemblement, il sera surtout question du programme des coureurs. «Johan a déjà bien avancé», souriait-il la semaine passée. Oui, tout est donc une question de temps… Ça valait bien le coup d'attendre. 

Ajouter à: Facebook | Twitter | Add to your del.icio.us | Digg this story

Subscribe to comments feed Commentaires (0 posté):

total: | Affiché:

Postez votre commentaire comment

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:......

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet