Home | Les Sports | Semir Zuzo, la tranquille (re)mise en route

Semir Zuzo, la tranquille (re)mise en route

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image
Semir Zuzo a dû se défaire du marquage de Tarek Boucetta pour inscrire ses premiers buts avec Esch.

Semir, le frère du gardien Sedin, a réalisé un premier match propre.



De notre journaliste Raphaël Ferber
  
  Tous les yeux étaient rivés sur un homme, vendredi soir. Ça n'en faisait guère plus de deux cents, étant donné la faible affluence du hall sportif, mais le nouveau pivot français d'Esch Semir Zuzo, frère du gardien Sedin, était forcément une attraction pour les observateurs. Il n'a pas fallu très longtemps pour se rendre compte que l'ancien international français, qui a fait une parenthèse dans sa carrière professionnelle en débarquant au Luxembourg, apportait une certaine sérénité à sa nouvelle équipe, notamment en contre-attaque, lorsqu'il fallait trouver ses coéquipiers avec une fausse nonchalance. Mais à l'évidence, et c'est compréhensible, le frère de Sedin a encore besoin de rythme pour donner sa pleine mesure à l'un des favoris du championnat.
La rencontre a débuté avec un Kohl efficace, auteur des deux premiers buts eschois. Semir Zuzo, lui, est victime de sa première faute à la 5e, mais Martin Müller ne convertit pas le penalty. Le meilleur buteur du championnat, Sacha Pulli, se met en route une minute plus tard. Esch est lancé, mais Pétange est dans le bon rythme. Et surtout sur le dos de Semir Zuzo, qui s'écroule sous la pression d'une défense irrégulière au moment où il arme son tir (8e), avant d'adresser une bonne passe, toujours tranquillement, pour Krier qui marque (10e).


Les deux frangins réunis en seconde période

Boucetta, qui le colle au marquage, se prend un carton jaune pour avoir bloqué une nouvelle tentative de Semir Zuzo. Tout Pétange est sur son dos dès qu'il reçoit le ballon. Il doit ainsi attendre la 14e pour marquer son premier but seul face à Michels, avant d'inscrire le deuxième à la 18e en se retournant. Sans Decker, affaibli par une gastroentérite, et sans Martin Müller et Sacha Pulli, très vite au repos sur le banc, Semir Zuzo fait figure de guide pour la jeune génération eschoise. S'il trouve facilement ses partenaires en contre-attaque, le pivot manque le cadre à 15-12 (24e).
Celui qui confiait réaliser un rêve en rejoignant son frère à Esch le voit se concrétiser après la mi-temps avec l'entrée de Sedin dans les buts eschois, à la place d'Andy Mauruschatt, titularisé d'entrée.
Une grande première pour les frangins. Sur le parquet, ça va vite avec les buts de Kohl, Krier et Müller, Kohl étant servi facilement par Semir Zuzo plein axe. Au bout de cinq minutes en seconde période, l'écart passe à +10. Ben Weibel réduit un peu la marque pour Pétange, avec deux buts coup sur coup, mais Semir Zuzo, seul à gauche, inscrit son troisième but (40e), puis le quatrième d'un lob en extension (31-20, 47e). Son dernier de la soirée sera inscrit à quatre minutes de la fin. Des premiers pas tranquilles pour le pivot. 

Ajouter à: Facebook | Twitter | Add to your del.icio.us | Digg this story

Subscribe to comments feed Commentaires (0 posté):

total: | Affiché:

Postez votre commentaire comment

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:......

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet
Sondage: Superjhemp
Lucien Czuga, le scénariste de Superjhemp, aimerait avoir l'avis de ses lecteurs sur l'arrêt possible de la série. "Est-ce que ça vous ferait de la peine si Superjhemp s'arrêtait ?".