Home | Politique et société | Au Luxembourg, une grande coalition pour tourner la page Juncker

Au Luxembourg, une grande coalition pour tourner la page Juncker

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Trois partis luxembourgeois -libéral, socialiste et écologiste- se sont entendus vendredi, un mois après les élections, pour former une "grande coalition" et mettre fin au règne de Jean-Claude Juncker.

Le chef de file des libéraux, Xavier Bettel, nommé "formateur" après les législatives du 20 octobre, a annoncé avoir bouclé un programme de gouvernement après "175 heures" de négociations avec les socialistes du LSAP et les écologistes de Déi Gréng (Les Verts).

En conférence de presse il a précisé que son gouvernement serait composé de 15 ministres (six libéraux, six socialistes et trois écologistes) et trois secrétaires d'Etat.


Le nom des titulaires sera dévoilé la semaine prochaine. Cependant M. Bettel a annoncé la nomination d'un autre libéral, Pierre Gramegna, 55 ans, actuel directeur général de la Chambre de commerce de Luxembourg, ministre des Finances. Selon la presse locale, le chef de la diplomatie du gouvernement Juncker, le socialiste Jean Asselborn, devrait conserver son poste au moins jusqu'à la prochaine présidence luxembourgeoise du Conseil européen, au second semestre 2015.


A 40 ans, Xavier Bettel, actuel maire de la capitale aux allures juvéniles, devrait prêter serment mercredi. Il deviendra le nouveau Premier ministre du Luxembourg, membre fondateur de l'UE et l'un des pays les plus riches au monde même s'il est depuis peu rattrapé par la crise économique. Les quelque 530.000 habitants du Grand duché vont donc tourner la page Juncker, dont le parti chrétien-social (CSV) a dominé la vie politique depuis la Seconde Guerre mondiale. M. Juncker, à près de 59 ans, était lui-même le doyen des dirigeants européens. Ministre à 30 ans, il avait pris la tête du gouvernement à 40, en 1995, côtoyant le Français François Mitterrand et l'Allemand Helmut Kohl. Souvent pressenti pour des fonctions internationales, l'ancien président de l'Eurogroupe a assuré qu'il mènerait une opposition "critique et constructive" à la tête des députés chrétiens-sociaux, ajoutant qu'il ne serait pas un "mauvais perdant".


Jean-Claude Juncker espérait rempiler. Aux législatives du 20 octobre, convoquées après la rupture de la coalition entre socialistes et chrétiens-sociaux après un scandale lié au service de renseignement, son parti, bien qu'en recul, était resté le premier du pays avec 33,6% des suffrages et 23 députés sur 60.


Mais, dans un système proportionnel favorisant les alliances, il a été mis sur la touche par trois partis totalisant une courte majorité de 32 sièges: 13 libéraux, 13 socialistes et 6 Verts. M. Juncker n'a même pas été associé aux négociations.

Fin du secret bancaire

 Xavier Bettel a aussi prévenu que certaines de ses décisions "ne seront pas applaudies par les Luxembourgeois". Longtemps meilleur élève de la classe européenne, toujours détenteur d'un "triple A" accordé par les agences de notation, le Luxembourg s'est vu pour la première fois rappelé à l'ordre le 22 novembre par la Commission européenne craignant un dérapage budgétaire. Le futur Premier ministre se donne "quatre mois" pour présenter un budget "en accord avec la nouvelle politique du Luxembourg". La TVA, dont le taux "normal" est actuellement de 15%, sera augmentée mais restera "la plus faible d'Europe", a expliqué vendredi M. Bettel, évoquant par ailleurs une fiscalité directe "plus juste". Le nouveau gouvernement va aussi devoir gérer la fin du secret bancaire, programmée pour le 1er janvier 2015, qui a fait la fortune et la réputation controversée de la place financière. Cet abandon, dont le principe a été confirmé vendredi par M. Bettel, pourrait faire fuir de 1,5 à 4,5% de l'argent placé dans les banques luxembourgeoises, soit de 5 à 15 milliards d'euros, et coûter de 1.000 à 2.000 emplois dans un pays où le chômage est en hausse. L'éviction des chrétiens-sociaux devrait également entraîner une certaine laïcisation de la société. La fête nationale du 23 juin devrait notamment être célébrée par une cérémonie civile et non par une messe. Enfin, Xavier Bettel, qui vit en couple avec un architecte belge, a annoncé récemment que le Luxembourg autoriserait probablement le "mariage pour tous" en 2014.

Ajouter à: Facebook | Twitter | Add to your del.icio.us | Digg this story

Subscribe to comments feed Commentaires (0 posté):

total: | Affiché:

Postez votre commentaire comment

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:......

  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
  • Plain text Texte complet