Accueil | Politique et société | Plus de 150 jours de travail par an pour payer ses impôts au Luxembourg

Plus de 150 jours de travail par an pour payer ses impôts au Luxembourg


Dans la sixième édition de ce classement, le salarié belge supporte le plus fort «fardeau fiscal et social» de l'Union, devant le salarié français. (Photo : Editpress)
Dans la sixième édition de ce classement, le salarié belge supporte le plus fort «fardeau fiscal et social» de l'Union, devant le salarié français. (Photo : Editpress)

Selon un classement dressé par l’institut économique Molinari, il faudrait 152 jours au salarié luxembourgeois pour payer l’ensemble de ses prélèvement obligatoire. Le salarié belge est le moins bien loti en matière de prélèvements fiscaux, au sein des 28 pays membres de l’Union européenne.

L’institut calcule le jour de libération fiscal, à savoir le moment dans l’année où le salarié a fini de travailler pour payer ses taxes. Au Luxembourg, le salarié atteint donc le jour de libération fiscale le 2 juin soit au bout de 152 jours.

La sixième édition de ce classement nous apprend que le salarié belge supporte le plus fort «fardeau fiscal et social» de l’Union, devant le salarié français. En Belgique, il doit attendre le 6 août, alors que le salarié français patiente jusqu’au 29 juillet. Les Chypriotes, premier du classement, patientent jusqu’au 31 mars.

LQ

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter, diffusée tous les soirs par mail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Abonnez-vous
Click Me
Le Quotidien